La voix des jeunes t’inspire : Binyou, « L'art oratoire est en passe de devenir un phénomène social et culturel… une sorte de cinquième pouvoir ».

no picture Djossè Tessy
Inscrit le 19 juin 2014
  • 17 Articles

crédit photo : Guy Joel Ngankam

crédit photo : Guy Joel Ngankam

Marius Yannick Binyou-Bi-Homb, camerounais âgé de 27 ans, s’intéresse à l'entreprenariat culturel. Il poursuit des études en gestion des Industries Culturelles à l'Université Senghor d'Alexandrie. Grand promoteur du débat structuré en Afrique francophone, dynamique et déterminé, Binyou nous parle de l’art oratoire Sur La Voix Des Jeunes.

1. Il y a plusieurs mois, j’ai connu ton dévouement pour l’art oratoire. Que recouvre ce concept ?

L'art oratoire est aussi vieux que le monde et a connu son paroxysme et son apogée à l'époque des orateurs de l'antiquité. Aujourd'hui il refait surface sous une autre dynamique et vient donner plus de sens à l'oralité traditionnelle. On peut parler dorénavant de "neo-oralité" ou d'art oratoire moderne qui siège près de l'orature ou de la tradition orale. L'art oratoire moderne prend plusieurs formes : les pratiques de prise de parole en public, les improvisations et le débat compétitif et structuré. En résumé, c'est l'art de bien parler, l'art de convaincre...

2. Pour toi, quel rôle l’art oratoire peut-il jouer dans le développement personnel des jeunes ?

L'art oratoire est en passe de devenir un phénomène social et culturel, partie intégrante d'une culture de l'universel, un capital partagé par une sorte de cinquième pouvoir....Les medias classiques perdent de plus en plus leur rôle de régulateur du débat entre le peuple et les pouvoirs publics. Si l'on va plus loin, la pratique de l'art oratoire, contribue à la promotion de la liberté d'expression défendue par la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme...Elle peut servir à la consolidation des démocraties africaines grâce à l'implantation dans chaque pays d'une culture du débat objectif et contradictoire. Si nous embrassons l'éducation, on se rend à l'évidence de ce que les enfants qui sont initiés à l'art oratoire voient leur quotient intellectuel s'accroître de manière exponentielle...Bien plus l'activité est une vitrine publicitaire pour les établissements scolaires et universitaires grâce à la capacité de mobilisation des championnats d'art oratoire. Dans le domaine professionnel, être orateur est une plus-value recherché par les recruteurs et les chefs d'entreprise, notamment dans la communication, les relations publiques et le marketing. La particularité de l'art oratoire moderne tel que pratiqué aujourd'hui est que l'activité en elle-même génère déjà des emplois : juges, orateurs, coachs d'art oratoire, promoteurs....Et les sociétés d'art oratoire embauchent de plus en plus à des postes techniques.

3. Que réponds-tu à ceux qui pensent qu’il est temps pour l’Afrique de passer à l’action ? N’ont-ils pas raison quelque part ?

Ils ont parfaitement raison....L'action n'est pas unidimensionnelle ou unidirectionnelle. L'action se prépare. Mieux elle se planifie. Et justement, l'art oratoire tel que pratiqué aujourd'hui fait partie de ce que les rhéteurs appellent "actio", c'est-à-dire l'action. Le dernier niveau, le plus pratique, de la rhétorique. Et pour ne prendre qu'un petit exemple, l'instauration du débat présidentiel dans le processus électoral des démocraties africaines peut faire partir de l'action. Voilà ce sur quoi débouchera la culture de l'oralité moderne actuelle dans les démocraties africaines d'ici quelques années. Ce n'est qu'une question de temps !

4. Quelle inspiration l’art oratoire peut-il apporter pour la jeunesse pour lui permettre de faire face aux défis qu’elle doit relever ?

Régulièrement, à l'issue de nos ateliers de formation en art oratoire, nous faisons remplir à nos jeunes participants des formulaires d'évaluation. Et voici une des réponses données par l'une de nos apprenantes dont je préfère taire le nom, pour des raisons professionnelles : « L'art oratoire améliorera l'Afrique. Dans l'art oratoire, les mots sont nos armes. On n'a pas besoin des armes réelles pour résoudre nos problèmes. C'est la paix. ». L'apprenante en question a à peine 15 ans. Parfois les témoignages des uns et des autres valent mieux que des phrases qui s'entrechoquent dans l'optique de convaincre.

5. L’art oratoire est peu connu du public francophone africain. Quels sont les dispositifs qui existent pour créer l’émulation au niveau des jeunes ?

Il existe au niveau international des institutions de l'oralité de grande renommée telles que IDEA (International Debate Education Association), Toastmaster International ou World Debate Institute.....De toutes ces trois institutions, seul Toastmaster International parvient à équilibrer ses programmes dans des espaces linguistiques diversifiés. IDEA qui détient six fondations actuellement dans le monde a entamé le processus de promotion de l'oralité moderne en Afrique via la fondation IDEA MENA (Middle East and North Africa/Moyen Orient et Afrique du Nord) mais le poumon francophone de l'Afrique se trouve en Afrique de l'Ouest et Centrale.

Nous avons maintes fois décrié l'absence des structures francophones d'oralité moderne en Afrique mais IDEA avance l'idée selon laquelle les formateurs francophones sont très rares ou presque inexistants. Voilà pourquoi la création, il y a deux ans, de la Fédération Francophone de Débat (Paris) où j'officie en tant que Directeur Régional pour l'Afrique, est une innovation salutaire. La FFD organise chaque année un championnat mondial universitaire de débat francophone et elle est détentrice du mouvement conceptuel "Révolte-toi!" En plus de la FFD, d'autres initiatives menées par les pays du Sud sont louables, notamment à travers la création, entre 2013 et 2014, des sociétés d'art oratoire francophones dans les pays comme le Congo RDC, le Tchad, le Gabon ou la Mauritanie. Ce, avec le soutien des sociétés d'art oratoire émergentes comme la CDA-Cameroon Debate Association (2009).

Il faudrait rappeler que ce mouvement prend de plus en plus corps grâce au travail d'hercule effectué par la Société d'Art Oratoire de Senghor (SAOS) et le RIPAO-Réseau International pour la Promotion de l'Art Oratoire dans les Pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique fondés tous deux en 2013 à Alexandrie.

6. Un message à passer aux jeunes qui te lisent en ce moment ?

A toute la jeunesse africaine, des Caraïbes et du Pacifique, ne laisser jamais aucune force externe, le découragement, les obstacles, la convoitise, le suivisme…vous arrachez vos rêves. Poursuivez-les jusqu’au bout. Nous sommes sur cette terre, en exil, pour la façonner. Changer le monde a toujours été ma devise depuis l’âge de quatre ans, l’âge pendant lequel j’ai appris à écouter le chant du vent, savouré l’odeur de la terre aux gouttelettes de pluie tombées. Le rêve est votre raison d’être. Sans rêve, pas de jeunesse. Alors, vous êtes tout simplement des grabataires. Et c’est ce rêve qui m’a emmené à fonder en 2009 la Cameroon Debate Association, puis le RIPAO-Réseau International pour la Promotion de l’Art Oratoire en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique quatre ans après. Mon rêve, je le nourris encore. Je vais à lui et rien, même pas la mort, ne pourra m’en empêcher. Et vous, quel est votre rêve ? Comment le nourrissez-vous au quotidien ?





comments powered by Disqus